RESTAURATION RAPIDE : LES BURGERS ONT TOUJOURS LA COTE

 

Marché des burgers gourmets

51527_1483640309_burgers-580

Crédits photo : vlasna / shutterstock.com
Autrefois emblème de la « malbouffe », le burger a retrouvé ses lettres de noblesse grâce à de nouveaux acteurs, qui ont fait de ce sandwich chaud typiquement américain un mets de premier choix, que ce soit pour manger sur le pouce ou non. Et les Français en redemandent : aujourd’hui, 75 % des restaurants proposent au moins un burger à leur carte et, en 2015, 1,19 milliard de burgers ont été consommés dans l’Hexagone (source : cabinet Gira Conseil, étude 2015 sur le burger), soit 11,21 % de plus que l’année précédente. Sur un marché de la restauration rapide qui ralentit, le burger semble apporter un nouveau souffle. Mais pas n’importe quel type de burgers. Ce sont particulièrement les premium qui tirent leur épingle du jeu. S’inscrivant parfaitement dans la tendance « fast casual » ou « manger vite et bien », ces plats trouvent un écho favorable chez les Français, toujours très friands de plats confectionnés à partir de pain – pour rappel, ils sont les deuxièmes plus gros consommateurs de pizzas au monde, derrière les États-Unis.

Les enseignes françaises aiguisent les appétits

Sur ce marché ultra-concurrentiel et en croissance, plusieurs concepts font chaque année leur apparition. Parmi les nouveaux acteurs, les enseignes françaises qui misent sur les burgers « à la française » sont particulièrement appréciées. L’une des pionnières est Big Fernand : lancé en franchise en 2013, ce réseau de « hamburgés » (à prononcer à la française) s’est spécialisé dans les burgers gourmets élaborés avec des ingrédients made in France. Aujourd’hui, la marque a ouvert ses premiers points de vente à l’international (Londres, Hong Kong et Dubaï) et poursuit son expansion dans l’Hexagone, où elle compte 22 restaurants. Également positionnée sur le créneau des burgers à la française, l’enseigne King Marcel nourrit elle aussi de solides ambitions. Récemment, le réseau a d’ailleurs levé 1,3 million d’euros afin de financer son développement, principalement en franchise. Du côté de L’Artisan du Burger, enseigne récemment lancée en franchise et aussi spécialisée dans les burgers premium, une accélération du développement est prévue dès cette année.

Le rattrapage des gros réseaux

Face à un tel engouement, les mastodontes du secteur n’ont pas tardé à répondre. Longtemps intéressé par le marché français, l’américain Five Guys, spécialisé dans les « burgers faits maison », a fait son entrée à Paris l’été dernier. Un premier restaurant a en effet ouvert à Bercy Village, et un important flagship, le plus grand établissement de l’enseigne au monde, a été inauguré sur les Champs-Élysées. Arrivé quelques années plus tôt dans l’Hexagone, son compatriote Steak’n’Shake a vu la taille de son réseau français quadrupler en 2016. Désormais, l’enseigne compte huit restaurants et espère en ouvrir d’autres ces prochaines années. Ce spécialiste des burgers premium cuisinés sur place à partir de produits frais envisage en effet d’inaugurer une dizaine d’établissements supplémentaires en 2017, et de s’implanter dans la capitale.

Un peu à la peine, le numéro mondial McDonald’s est en train de tester de nouveaux concepts afin de renouer durablement avec la croissance. Aux États-Unis, l’enseigne a par exemple abandonné le self-service pour ne proposer que du service à table, une première dans l’histoire de la marque. Une tentative pour monter en gamme et ainsi, se faire une place à la très convoitée table des spécialistes du burger premium.

Source : Les Echos de la Franchise